Visitez une mine antique d'argent !

Publié le 29 Juillet 2012

Bernard Léchelon, archéologue au CNRS et spécialiste des mines antriques de la région, nous fait parvenir cette communication au sujet de la mine de Cénomes (Aveyron), qu'il se propose de faire visiter sur rendez-vous ou au cours des prochaines Journées européennes du Pätrimoine (16/09).

 

Un patrimoine caché : la mine d’argent romaine de Cénomes

 

Derrière une banale porte en bois au pied d’un bâtiment abandonné du village de Cénomes (commune de Montagnol) en Aveyron, un couloir taillé dans la roche s’enfonce sous la colline boisée. C’est un travers banc, la sortie d’une mine de cuivre argentifère. Cette mine de Cénomes, que l'on peut encore parcourir sur près d’un kilomètre et plusieurs niveaux, est demeurée miraculeusement intacte après que les gallo-romains cessèrent d’y travailler dans les premières années de notre ère. Aujourd'hui, les marques de coups de pic et de pointerolle sur les parois témoignent du labeur et de la peine des hommes.
C’est là, en pays rutène, que Rome va trouver une solution à un problème soudain d’approvisionnement en argent. En effet, au début des années 70 avant notre ère, la sécession du général Sertorius provoque l'interruption de toute importation de métaux précieux en provenance d’Hispanie. Pompée et ses légions sont envoyés par le Sénat romain pour mater la rébellion. Fontéius, gouverneur de la Transalpine, est chargé d’encourager la venue d’entrepreneurs italiens pour l'exploitation intensive du minerai gaulois aux confins de la province, car il faut financer l’effort de guerre en Espagne. La production des districts miniers rutènes aurait donc été la source principale de l’aerarium Rutenorum, évoqué, en 69 avant notre ère, par Cicéron dans son plaidoyer pour Fonteius, lorsqu’il s’indignait de “cette accusation qui est plus attentive au trésor des Rutènes qu’à celui du peuple romain” , lors du procès engagé à Rome par les chefs rutènes pour protester contre les exactions du gouverneur.
Les nombreux vestiges miniers de la bordure méridionale du Massif Central, et en particulier ceux de Cénomes, attestent la réalité de cette opération coloniale, exécutée au détriment de la population indigène. Elle va s’interrompre dans les années 30 de notre ère.
Le désengagement de la « societas des mines d’argent du pays rutène », entreprise identifiée grâce aux fouilles menées par Robert Gourdiole et Christian Landes sur le site d’habitat tout proche de Lascours (commune de Ceilhes, Hérault), semble résulter de la concurrence de la production des mines d’argent situées dans d’autres parties de l’empire romain. Cependant, l'arrêt de l’exploitation est peut-être aussi lié à une décision de l’empereur Tibère, qui, à la même époque, selon Suétone, confisque à son profit les biens, mines comprises, des plus hauts personnages des Gaules. Cette chronologie est confirmée par les données archéologiques recueillies à l’intérieur des mines de Cénomes et des alentours.
Les gîtes métallifères de la région étaient pourtant loin d’être épuisés. Ils vont assurer la prospérité des cisterciens de Silvanès, qui s'imposeront parmi les principaux producteurs d’argent du Midi de la France au cours du XIIe siècle.

 

Pour en savoir plus :
Robert Gourdiole et Christian Landes, “Passions métalliques sur les Monts d’Orb”, Bulletin de la Société d’archéologie et d’histoire des Hauts Cantons de l’Hérault, n° 21, 1998, pp. 33-50.
Bernard Léchelon, « Argent rutène et entrepreneurs romains aux confins de la Transalpine », dans Les Rutènes, revue Aquitania, Supplément n° 25, 2011, pp. 245-279.

 

JOURNEES EUROPEENNES DU PATRIMOINE
Ouverture exceptionnelle le dimanche 16 septembre 2012, de 9h à 18h
Adresse : D52, à la sortie sud-ouest de Cénomes (Aveyron) - suivre le fléchage.
La visite guidée d'une durée de 30 minutes environ, se fait par groupe de 6 personnes (maximum). Le parcours horizontal ne présente aucune difficulté. Prévoir un vêtement chaud (température de 12° à l'intérieur de la mine) et des
chaussures de marche. L'éclairage électrique est fourni.
Visite possible le samedi 15 septembre avec réservation préalable par téléphone au 06.08.58.61.81 ou par courriel à bernardlechelon@wanadoo.fr

 

mine-de-Cenomes-2.JPG

Rédigé par lamaisoncevenole

Commenter cet article